Page 1 sur 1

La fin de la gare de Saint Pol de Léon.

MessagePosté: Mar 29 Avr 2014 - 14:47
de Bernez
st pol de leon.JPG
L’arrêté de démolition n’est pas encore publié mais le premier adjoint a confirmé qu’il ne devrait pas tarder. Propriété de Réseau ferré de France, le bâtiment de la gare sera bientôt rasé, fermant ainsi un très long chapitre de l’histoire économique de la ville.Le symbole est fort. La gare avait été mise en service le 10 juin
1883 par la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest. Elle n’est plus, aujourd’hui, qu’une halte ferroviaire de la SNCF, desservie par les trains TER Bretagne, circulant entre Morlaix et Roscoff. Première gare légumière pendant longtemps En 1890, Saint-Pol-de-Léon est le centre commercial le plus important de France pour l’exportation de légumes et la gare sera longtemps la première gare légumière du pays. L’Hôtel de la Gare ouvre ses portes en 1905. En 1913-1914, deux trajets directs, d’une durée de 3 heures 20, allaient de Brest à Saint-Pol.
En 1950, la cinquantaine d’agents SNCF et les groupeurs gèrent l’expédition de 120.000 tonnes de légumes, environ. Les registres rappellent que, sur les onze mois, de janvier à novembre, 17.150 wagons quittent Saint-Pol-de-Léon, dont 7.000 chargés de choux-fleurs, autant d’artichauts et le reste de pommes de terre, oignons, carottes… Les jours de pointe, il faut acheminer quotidiennement 200 à 250 wagons, desservant une centaine de villes, en France et à l’étranger. Les wagons complets, qui partent à destination de l’Allemagne et de la Belgique, sont visités par des douaniers puis sont plombés. Cette opération administrative accomplie au départ permet un gain de dix à douze heures sur la durée du trajet comprenant la visite aux frontières. 45.000 voyageurs en 1950 ! Petite gare de 3e classe, elle est néanmoins l’une des plus rentables de la SNCF. À elle seule, cette même année, elle réalise grâce au trafic de marchandises 2 % des recettes totales de la régie sur la France. Et près de 45.000 voyageurs prennent le train dans la cité léonarde en 1950. En 1961, le seul transport des choux-fleurs et des artichauts de la Ceinture dorée rapporte au Fer une recette d’un milliard et demi d’anciens francs (2,25 M¤). L’apogée du trafic sur cette ligne se situe entre 1957 et 1980. La circulation peut atteindre jusqu’à 500 wagons par jour. Mais progressivement, la concurrence du camion et du bateau rafle le marché de l’exportation des légumes.

Re: La fin de la gare de Saint Pol de Léon.

MessagePosté: Mar 29 Avr 2014 - 20:29
de sunflower
Merci à toi pour toutes ces infos et la photo.

Si tu as d'autres photos de la gare et servitudes,et en plus grand si possible,ça me plairait bien de les voir ;)